Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


il n’y a point de fougue à cela. Je n’ai que le cœur, je n’ai que l’ambition d’un homme, en société du reste de tous les hommes. Car Alexandre vouloit être seul maître du monde entier, & moi je ne veux l’être qu’en société de tous les hommes, & de Dieu même, & sur-tout, sans vous exclure vous-même, Monsieur, d’une si belle société.

Au besoin je ne craindrois pas, Monsieur, tous vos Philosophes physiques ou physiciens, qui voudroient me nier que le monde entier, fait pour Dieu, est fait aussi pour l’homme l’homme-Dieu, ajouterois-je tout de suite, fièrement pour lui, modestement pour moi, & pour vous-même qui étant fils & frere de cet homme-Dieu, entrez, si vous le voulez, en part de sa gloire & de ses intérêts.

J’aime à finir cette lettre par un point de vue si grand, si noble & si consolant. Je suis donc, Monsieur, comme vous voyez noblement, votre très-humble, &c.

LETTRE XIV.

Vous avez beau, Monsieur, crier contre la réflexion & la méditation. Il faut que vous soyez long-tans aguerri ou aigri contre le genre-humain, &, en vrai misanthrope, contre vous-même par conséquent, ou que vous soyez né bien antipathique avec l’humanité qui est en vous-même, quoiqu’elle y soit pourtant la propre image la plus ressemblante de Dieu & de la Divinité.