Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/207

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Il y auroit trop d’inconvéniens pour les sujets même & pour la société, qu’ils eurent, qu’elle eût le jugement & la garantie d’un tel contrat. Toute multitude est bellua multorum capitum. Encore telle bête n’a point de tête que son chef, son prince, ses magistrats soumis au prince, au chef unique, fût-il doge ou flathouder.

Le peuple, les sujets, la société n’ont que des bras, & il seroit horrible que des bras eussent droit de révolte contre la tête, dont ils sont les exécuteurs, mais non les juges. Quand Dieu eut dit, non est bonum hominem esse solum, & qu’il lui donna Eve avec tout ce qui s’ensuit, c’est-à-dire, des enfans toute une société analogue, il ne les donna que comme adjutorium simile sibi, comme compagnes & compagnons, mulier quam dedisti mihi sociam ; mais jamais comme des têtes.

Car formellement dans l’endroit où St. Paul parle le plus ferme en Jurisconsulte moraliste & théologien, il tranche toutes ces questions-là, en disant : caput viri Christus, caput Christi Deus, & tout de suite, caput auteur mulieris vir, ce qui a fondé le proverbe de la femme sans tête. Car St. Paul n’en donne point d’autre que l’homme à la femme & à toute la société qui en dérive.

Quand les Juifs voulurent un roi, encore eurent-ils la sagesse de le demander à Dieu & de le recevoir de sa main. Mais de quelque façon que le peuple reçoive, ou se donne un roi un chef, c’est toujours Dieu qui le lui donne, & surtout qui donne à ce chef, à ce roi toute son autorité, puisque, omnis potestas à Deo, & qu’absolument le peuple n’a