Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/336

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


quittât Sophie, que ses charmes fussent profanes, il falloit qu’il crût fin ame dégradéé.

Si elle étoit vraiment coupable, elle ne devoit pas le chercher.

Je crois qu’il auroit mieux valu dire, il n’étoit pas nature qu’elle le cherchât. Ce que dit M Geoffroy semble interdire aux épouses coupables la ressource ; & par conséquent les dispenser de l’obligation de rentrer dans leur devoir. Cette phrase, elle ne devoit pas le chercher est par son amphibologie, aussi dangereuse que ces vers de Boileau :

L’homme est comme une isle escarpeé & sans bords,

Où l’on ne rentre plus quand on en est dehors.

L’auteur en nous offrant son Emile tour-à-tour menuisier matelot, esclave, a le dessein de faire voir que son éducation lui tient lieu de fortune, & lui fournit des ressources dans les situations les plus cruelles de la vie ; mais pour l’honneur de l’élevé de l’instituteur, n’eût -il pas mieux valu nous montrer Emile dans des emplois plus importans, consacrant au service de la patrie les talens qu’il a cultivés dans sa jeunesse ?

Il est sûr que cela auroit été plus imposant. Il n’y avoit pour cela qu’une petite difficulté à vaincre ; il auroit fallu seulement que l’Auteur eût fait élever par l’instituteur d’Emile, le Monarque, les Ministres, & les premiers commis du pays où il auroit voulu faire parvenir Emile aux emplois importans. Car on ne s’aviseroit pas de les confier à un bon menuisier dans nos gouvernemens paisibles ; & en supposant qu’Emile eût joint les qualités de l’esprit à la vigueur du corps, les