Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/348

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


chez le même homme & dans les mêmes circonstances, peut être à la fois l’objet de l’indulgence & du respect. C’est dommage que cet endroit pêche contre la logique : car il me semble être, à d’autres égards, le mieux frappé de tout l’Exposé.

Vous auriez dit, Monsieur, qu’il n’y a point d’ame délicate qui ne soit blessée de l’ostentation avec laquelle M. Hume étale les prodigieux efforts qu’il a très-inutilement faits pour servir Jean-Jaques, jusqu’au moment où il engagea M. le général Conway à demander pour lui une pension au Roi : (succès que le caractere de ce ministre a dû rendre bien facile) ; & qu’aussi-tôt que le sentiment fait place à la réflexion, on se demande à quoi servent donc, en Angleterre, le crédit, la réputation, la fortune même, puisque tout cela joint, chez M. Hume, à la plus forte passion d’obliger Jean-Jaques, n’a rien produit pour celui-ci ; & n’a valu à M. Hume même, que le prétexte de prendre un titre dont sa vanité s’alimente.

Vous auriez dit, Monsieur, que le choix des articles de la lettre de Jean-Jaques auxquels M. Hume répond, est un argument victorieux en faveur de Jean-Jaques. De plus ; que les affirmations de Jean-Jaques ne méritent en elles-mêmes pas moins de confiance, que les négations de M. Hume ; & qu’elles en méritent davantage, en ce que c’est vis-à-vis de M. Hume, que Jean-Jaques affirme, & que c’est vis-à-vis du public que M. Hume nie.

Vous auriez ajouté, Monsieur, à ce que vous dites sur la façon dont se termine la fameuse lettre du 10 juillet, qu’il faut que la crainte de faire une injustice ait un empire bien absolu sur l’ame de Jean-Jaques, pour qu’il lui restât encore