Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/438

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de Rousseau, m’a fait beaucoup de plaisir, je vois que nous pensons de même."

"Puis il m’ordonne de vous envoyer de sa part du bled, du vin, & du bois ; en ajoutant, je crois qu’en lui donnant les choses en nature, il les acceptera plutôt qu’en argent ;*

[*Si l’objet d’un don si noblement présenté, s’y est refusé avec autant de respect que de gratitude, c’est qu’il se croyoit alors des ressources personnelles contre le besoin ; & que dans ses principes, le besoin réel absolu peut seul légitimer l’acceptation des bienfaits, même offerts p les mains de son souverain. (Note M. Du Peyrou.)] je laisse à vous à décider si cette façon d’agir à votre égard, ne mérite pas quelque complaisance de votre part ; & si en conscience vous pouvez refuser à un homme qui seroit très-aise, si ses affaires le permettoient, de faire le quatrieme avec David, Jean-Jaques, & votre serviteur.”

D’après cette lettre, Monsieur, il faut croire que mylord Maréchal abusoit de la faveur du Roi, pour le compromettre ; & de la crédulité de Rousseau, pour le tromper. Il faudroit croire bien pire encore, plutôt que d’opposer la moindre résistance à une opinion que M. d’Alembert veut accréditer. Cette soumission est bien due à sa précieuse candeur ; à la violence qu’il se fait pour déchirer la mémoire d’un homme qu’il abhorroit ; au regret bien sincere qu’il ressent d’être dans cette cruelle nécessité, regret qu’il ne vaincroit jamais si la vérité ne l’y obligeoit, & que la maniere doucereuse dont il s’exprime manifeste si bien ; enfin aux délicates précautions qu’il a prises pour constater les faits déshonorans, que par attachement pour mylord Maréchal, & par amour pour la vérité, il attribue a fils chéri de mylord Maréchal, & au plus ardent ami de la