Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/525

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


mes devoirs sont changés ; son silence étant devenu forcé, le mien deviendroit coupable. Il m’en eût coûté, sans doute, pour m’élever jusqu’à l’imiter, il m’en coûte d’une autre façon pour m’abaisser jusqu’à vous répondre : mais de même qu tout m’eût été possible pour lui complaire, tout me l’est, tout me le sera pour le défendre. Une estime aussi inaltérable, un respect aussi profond, une amitié aussi ardente, en un mot de sentimens tels que ceux que je conserve pour lui, ne trouvent point d’efforts au-dessus, ni de soins au-dessous d’eux.

Quel autre motif que celui de la jalousie pourroit lui avoir fait dire dans la préface de son Dictionnaire, page viii. “J’ai traité la partie harmonique dans le systême de la basse fondamentale, quoique ce systême imparfait & défectueux, à tant d’égards, ne soit point, selon moi, celui de la nature y & de la vérité, & qu’il en résulte un remplissage sourd & confus plutôt qu’une bonne harmonie." *

[* Si je ne craignois de trop multiplier les citations, je rapporterois ici la suite de ce paragraphe, & le lecteur (que j’invite à le lire dans la préface du Dictionnaire) jugeroit si c’est ainsi que la jalouse fait parler.]

L’ignorance ou la mauvaise foi peuvent seules avoir dicté cette phrase. Quoiqu’il soit démontré que Rousseau n’entendoit pas bien le systême de la basse fondamentale, puisqu’il en a si mal expliqué plusieurs parties, nous croirions néanmoins lui faire injure, si nous le soupçonnions de ne l’avoir pas entendu assez pour lui rendre la justice qu’il mérite.

Il n’entendoit pas bien ce systême, puisqu’il l’a mal expliqué ; & puis, il l’entendoit assez pour lui rendre la justice qu’il mérite. Le bel éloge que voilà de ce fameux systême ! Mais