Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t15.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sans doute omis, si je n’avois craint de trahir la justice de la cause que je défends : je prie mon adversaire de se souvenir que lui-même m’en a donné l’exemple le premier : la force & la vivacité de les épigrammes, son éloquence énergique qui sait répandre le la persuasion sur tout ce qu’il traite, ne m’ont permis de négliger aucuns des moyens que j’avois de me défendre, & de prévenir les lecteurs contre les traits chargés d’une satire ingénieuse, utile si l’on sait la renfermer dans de justes bornes, mais dangereuse pour qui voudroit en adopter tous les excès.