Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t17.djvu/410

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Bon jour, Monsieur ; ma femme vous salue de tout son cœur ; j’en fais de même ; nous vous aimons tous deux bien sincèrement.

LETTRE AU MÊME.

À Bourgoin ce 7 Décembre 1768.

Voici, Monsieur, une lettre à laquelle je vous prie de vouloir bien donner cours. Elle est pour M. Davenport qui m’a écrit trop honnêtement pour que je puisse me dipenser de lui donner avis que j’ai changé de résolution. J’espère que ma précédente avec l’incluse vous sera bien parvenue, & j’en attends la réponse au premier jour. Je suis assez content de mon état présent ; je passe, entre mon Tasse & mon herbier, des heures assez rapides pour me faire sentir combien il est ridicule de donner tant d’importance à une existence aussi fugitive. J’attends sans impatience que la mienne soit fixée ; elle l’est par tout ce qui dépendoit de moi ; le reste qui devient tous les jours moindre, en à la merci de la nature & des hommes : ce n’est plus la peine de le leur disputer ; j’aimerois assez à passer ce reste dans la grotte de la Balme, si les chauve-souris ne l’empuantissoient pas. Il faudra que nous l’allions voir ensemble, quand vous passerez par ici. Je vous embrasse de tout mon cœur.