Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t3.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




LETTRES

DE

DEUX AMANS,

HABITANS D’UNE PETITE VILLE
AU PIED DES ALPES.



QUATRIEME PARTIE.


LETTRE I.

de Mde. de Wolmar à Madame d’Orbe.


Que tu tardes long-tems à revenir ! Toutes ces allées & venues ne m’accommodent point. Que d’heures se perdent à te rendre où tu devrois toujours être, & qui pis est, à t’en éloigner ! L’idée de se voir pour si peu de tems gâte tout le plaisir d’être ensemble. Ne sens-tu pas qu’être ainsi alternativement chez toi & chez moi, c’est n’être bien nulle part, & n’imagines-tu point quelque moyen de faire que tu sois en même tems chez l’une & chez l’autre ?

Que faisons-nous, chére cousine ? Que d’instans précieux nous laissons perdre, quand il ne nous en reste plus à prodiguer ! Les années se multiplient, la jeunesse commence à fuir ; la vie s’écoule ; le bonheur passager qu’elle offre est entre nos mains, & nous négligeons d’en jouir ! Te souvient-il du tems