Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/494

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


les parties extérieures des plantes qui sont vertes ou grises, communément sont dites colorées lorsqu’elles ont une couleur plus éclatante & plus vive que leurs semblables, tels sont les calices de la Circée, de la Moutarde, de la Carline ; les enveloppes de l’Astrantia : la corolle des Ornithogales blancs & jaunes est verte en dessous & colorée en dessus ; les écailles du Xeranthême sont si colorées qu’on les prendroit pour des pétales, & le calice du Polygala, d’abord très-colore, perd sa couleur peu-à-peu, & prend enfin celle d’un calice ordinaire.

CORDON ombilical dans les capillaires & fougeres.

CORNET. Sorte de nectaire infundibuliforme.

CORYMBE. Disposition de fleur qui tient le milieu entre l’ombelle & la panicule ; les pédicules sont gradues le long de la tige comme dans la panicule, & arrivent tous à la même hauteur, formant a. leur sommet une surface plane.

Le corymbe diffère de l’ombelle, en ce que les pédicules qui le forment au lieu de partir du même centre, par différentes. hauteurs, de divers points sur le même axe.

CORYMBIFERES. Ce mot sembleroit devoir designer les plantes à fleurs en corymbe, comme celui d’ombelliseres désigne les plantes à fleurs en parasol. Mais l’usage n’a pas autorise cette analogie ; l’acception dont je vais parler n’est pas même fort usitée, mais comme elle a été employée par Ray & par d’autres Botanistes ; il la faut connoitre pour les entendre.

Les plantes corymbiferes sont donc dans la classe des composées, & dans la section des discoÏdes celles qui portent leurs semences nues, c’est-à-dire, sans aigrettes ni filets qui les couronnent ; tels sont les Bidens, les Armoises, la Tanaisie, &c.