Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/536

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Les plantes transportées hors de leur climat sont sujettes à varier sur cet article. Plusieurs plantes vivaces dans les pays chauds deviennent parmi nous annuelles, & ce n’est pas la seule altération qu’elles subissent dans nos jardins.

De sorte que la Botanique exotique étudiée en Europe, donne souvent de bien fausses observations.

VRILLES, ou mains. Espece de filets qui terminent les branches dans certaines plantes, & leur fournissent les moyens de s’attacher à d’autres corps. Les Vrilles sont simples ou rameuses ; elles prennent, étant libres, toutes fortes de directions, & lorsqu’elles s’accrochent à un corps etranger, elles l’embrassent en spirale.

VULGAIRE. On désigne ordinairement ainsi l’ainsi l’espece principale de chaque genre la plus anciennement connue dont il a tire son nom, & qu’on regardoit d’abord comme une espece unique.

URNE. Boëte au capsule remplie de poussiere que portent la plupart des mousses en fleur. La construction la plus commune de ces Urnes est d’être élevées au-dessus de la plante par un pédicule plus ou moins long, de porter à leur sommet une espece de espece de coeffe ou de capuchon pointu qui les couvre, adhérent d’abord à l’Urne, mais qui s’en détache ensuite & tombe lorsqu’elle est prête à s’ouvrir ; de s’ouvrir ensuite aux tiers de leur hauteur, comme une boëte à savonnette, par un couvercle qui s’en détache & tombe à son tour après la chute de la coeffe ; d’être doublement ciliée autour de sa jointure, afin que l’humidité ne puisse pénétrer dans l’intérieur de l’Urne tant qu’elle est ouverte ; enfin de pencher & se courber en en-bas aux