Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t7.djvu/544

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La corolle du Lis n’eſt pas d’une ſeule pièce, comme il eſt facile à voir. Quand elle ſe fane & tombe, elle tombe en ſix pieces bien ſéparées, qui s’appellent des pétales. Ainſi la corolle du Lis eſt compoſée de ſix pétales. Toute corolle de fleur qui eſt ainſi de pluſieurs pieces, s’appelle corolle polypétale. Si la corolle n’étoit que d’une ſeule pièce, comme par exemple dans le Liſeron, appellé clochette des champs, elle s’appelleroit monopétale. Revenons à notre Lis.

Dans la corolle vous trouverez préciſément au milieu une eſpece de petite colonne attachée tout au fond & qui pointe directement vers le haut. Cette colonne, priſe dans ſon entier, s’appelle le Piſtil : priſe dans ſes parties, elle ſe diviſe en trois ; 1°. Sa baſe renflée en cylindre avec trois angles arrondis tout autour. Cette baſe s’appelle le Germe. 2°. Un filet poſé ſur le germe. Ce filet s’appelle Style. 3°. Le ſtyle eſt couronné par une eſpece de chapiteau avec trois échancrures. Ce chapiteau s’appelle le Stigmate. Voilà en quoi conſiſte piſtil & ſes trois parties.

Entre le piſtil & la corolle vous trouvez ſix autres corps bien diſtincts, qui s’appellent les Etamines. Chaque étamine eſt compoſée de deux parties ; ſavoir, une plus mince par laquelle l’étamine tient au fond de la corolle, & qui s’appelle le Filet. Une plus groſſe qui tient à l’extrémité ſupérieure du filet, & qui s’appelle Anthère. Chaque anthère eſt une boëte qui s’ouvre quand elle eſt mûre, & verſe une pouſſiere jaune très-odorante, dont nous parlerons dans la ſuite. Cette pouſſiere juſqu’ici n’a point de nom françois ; chez les Botaniſtes on l’appelle le Pollen, mot qui ſignifie pouſſiere.