Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Dispose de mes biens, dispose de ma vie ;

Cette bague d'abord…

LISETTE, prenant la bague.

Quelle nécessité ?

Je prétends vous servir par générosité

Je veux vous protéger auprès de ma maîtresse 680 Il faut qu'elle partage enfin votre tendresse ;

Et voici mon projet. Prévoyant de vos coups,

Elle m'avait tantôt envoyé près de vous

Pour empêcher le mal, et ramener Valère,

Afin qu'il ne vous pût éclaircir ce mystère ; 685 Que si je ne pouvais autrement tout parer,

Elle m'avait chargé de vous tout déclarer.

C'est donc ce que j'ai fait quand vous vouliez vous battre,

Et qu'il vous a fallu, monsieur, tenir à quatre.

Mais je devais, de plus, observer avec soin 690 Les gestes, dits et faits dont je serais témoin,

Pour voir si vous étiez fidèle à la gageure.

Or, si je m'en tenais à la vérité pure,

Vous sentez bien, je crois, que c'est fait de vos feux :

Il faudra donc mentir ; mais pour la tromper mieux 695 Il me vient dans l'esprit une nouvelle idée…


DORANTE.

Qu'est-ce ?


VALERE.

Dis-nous un peu…


LISETTE.

Je suis persuadée…