Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Montre quelque pitié.


LISETTE.

Très noble chevalier,

Jamais un paladin ne s'abaisse à prier : [ 4 ]

Tuer d'abord les gens, c'est la bonne manière.


VALERE.

Peux-tu voir de sang froid comme il se désespère, 665 Lisette ? Ah ! Sa douleur aurait dû t'attendrir.


LISETTE.

Si je lui dis un mot, ce mot pourra l'aigrir,

Et contre moi peut-être il tirera l'épée.


DORANTE.

J'avais compté sur toi, mon attente est trompée ;

Je n'ai plus qu'à mourir.


LISETTE.

Oh ! Le rare secret : 670 Mais il est du vieux temps, j'en ai bien du regret ;

C'était un beau prétexte.


VALERE.

Eh ! Ma pauvre Lisette,

Laisse de ces propos l'inutile défaite ;

Sers-nous si tu le peux, si tu le veux du moins,

Et compte que nos coeurs acquitteront tes soins.


DORANTE.

675 Si tu rends de mes feux l'espérance accomplie,