Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Mais il nous faut encor le secours de Valère.

Je crois qu'il voudra bien nous servir aujourd'hui. 770 J'ai bonne caution qui me répond de lui.


VALERE.

Si mon zèle suffit et mon respect extrême,

Vous pourriez bien, madame, en répondre vous même.


ISABELLE.

J'ai besoin d'un mari seulement pour ce soir,

Voudriez-vous bien l'être ?


ÉLIANTE.

Eh mais ! il faudra voir. 775 Comment ! il vous faut donc des cautions, cousine,

Pour pleiger vos maris ? [ 5 ]


LISETTE.

Oh ! oui ; car pour la mine,

Elle trompe souvent.

ISABELLE à VALERE.

Hé bien ! qu'en dites-vous ?


VALERE.

On ne refuse pas, madame, un sort si doux ;

Mais d'un terme trop court…


ISABELLE.

Il est bon de vous dire,