Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



L’AMOUR.


Quittez, Muses, quittez ce désert trop stérile,
Venez de vos appas enchanter l’univers ;
Après avoir orne mille climats divers,
Que l’empire des Lys soit notre heureux asyle,
Au milieu des beaux arts puissiez-vous y briller
De votre plus vive lumière :
Un regne glorieux vous y sera trouver
Des amans dignes de vous plaire,
Et des héros à célébrer.


FIN DU PROLOGUE.