Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Que mains bienfaisantes
De nos mains innocentes
Daignent les accepter. On danse
Thémire portant une corbeille de fleurs, entre dans le Temple à la tête des jeunes Samiennes.
POLYCRATE appercevant Thémire.
O Bonheur !
ANACREON.
O plaisir extrême !
POLYCRATE.
Quels traits charmans ! Quels regards enchanteurs !
ANACREON.
Ah ! qu’avec grace elle porte ces fleurs !
POLYCRATE.
Ces fleurs ! Que dites-vous ! C’est la beauté que j’aime.
ANACREON.
C’est Thémire elle-même.
POLYCRATE.
Ami trop cher : Rival trop dangereux.
Ah ! que je crains tes redoutables feux !
De mon cœur agite fais cesser le martyre ;
Porte à d’autres appas tes volages desirs.
Laisse-moi goûter les plaisirs
De te chérir toujours & d’adorer Thémire.