Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


culture des sciences doit avoir en toute occasion sur les mœurs des peuples. C’est celle-ci, dont la premiere n’est qu’une conséquence, que je me proposai d’examiner avec soin.

Je commenÇai par les faits, & je montrai que les mœurs ont dégénéré chez tous les peuples du monde, à mesure que le goût de l’étude & des Lettres s’est étendu parmi eux.

Ce n’etoit pas assez ; car sans pouvoir nier que ces choses eussent toujours marche ensemble, on pouvoit nier que l’une eut amene l’autre : je m’appliquai donc à montrer cette liaison nécessaire. Je fis voir que la source de nos erreurs sur ce point vient de ce que nous confondons nos vaines & trompeuses connoissances avec la souveraine Intelligence qui voit d’un coup-d’œil la vérité de toutes choses. La science, prise d’une maniere abstraite