Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/331

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Pour trouver donc le nom de tout intervalle simple direct, il ne faut qu’ajouter l’unité à la différence des deux chiffres qui expriment. Soit, par exemple, cet intervalle 1, 5 ; la différence des deux chiffres est 4, à quoi ajoutant l’unité vous avez 5, c’est-a-dire, la quinte pour le nom de cet intervalle ; il en seroit de même si vous aviez eu 1, 6 ; ou 7, 3, &c. Soit cet autre intervalle 4, 5 ; la différence est 1, à quoi ajoutant l’unité vous avez 2, c’est-a-dire, une seconde pour le nom de cet intervalle. la regle est générale.

Si l’intervalle direct est redouble, après avoir procède comme ci-devant, il faut ajouter 7 pour chaque octave, & vous aurez encore très-exactement le nom de votre intervalle : par exemple, vous voyez déjà que-1-3 est une tierce redoublée, ajoutez donc 7 à 3, & vous aurez 10, c’est-a-dire une dixieme pour le nom de votre intervalle.

Si l’intervalle est renverse, prenez le complément du direct, c’est le nom de votre intervalle : ainsi, parce que la sixte est le complément de la tierce, & que cet intervalle-1- 3, est une tierce renversée, je trouve que c’est une sixte ; si de plus il est redouble, ajoutez-y autant de fois 7 qu’il y à d’octaves. Avec ce peu de regles, dans quelque cas que vous soyez, vous pouvez nommer sur le champ & sans le moindre embarras quelque intervalle qu’on vous présente.

Voyons donc, sur ce que je viens d’expliquer, à quel point nous sommes parvenus dans l’art de solfier par la méthode que je propose.

D’abord toutes les notes sont connues sans exception ; il n’à pas falu bien de la peine pour retenir les noms de sept