Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/333

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


quand même elles ne feroient que produire le même effet.

Mais ce n’est rien d’être parvenus jusqu’ici : il est d’autres objets à considérer & d’autres difficultés à surmonter.

Quand j’ai ci-devant affecte le nom d’ut au son fondamental de la gamme naturelle, je n’ai fait que me conformer à l’esprit de la premiere institution du nom des notes, & à l’usage général des Musiciens, & quand j’ai dit que la fondamentale de chaque ton avoit le même droit de porter le nom d’ut que ce premier son, à qui il n’est affecte par aucune propriété particuliere, j’ai encore été autorise par la pratique universelle de cette méthode, qu’on appelle transposition, dans la Musique vocale.

Pour effacer tout scrupule qu’on pourroit concevoir à cet égard, il faut expliquer ma pensée avec un peu plus d’étendue : le none d’ut doit-il être nécessairement & toujours celui d’une touche fixe du clavier, ou doit-il au contraire être applique préférablement à la fondamentale de chaque ton, c’est la question qu’il s’agit de discuter.

À l’entendre énoncer de cette maniere, on pourroit, peut-être, s’imaginer que ce n’est ici qu’une question de mots. Cependant elle influe trop dans la pratique pour être méprisée : il s’agit moins des noms en eux-mêmes, que de déterminer les idées qu’on leur doit attacher, & sur lesquelles on n’à pas été trop bien d’accord jusqu’ici.

Demandez à une personne qui chante, ce que c’est qu’une telle vous dira que c’est le premier ton de la gamme demandez la même chose à un joueur d’instrumens, il vous