Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/383

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


assez sentir combien il est nécessaire d’avoir cet égard des indications plus précises que la qualité des notes.

L’imperfection grossiere de la Musique sur l’article dont nous parlons, seroit sensible pour quiconque auroit des yeux : mais les Musiciens ne la voient point, & j’ose prédire hardiment qu’ils ne verront jamais rien de tout ce qui pourroit tendre à corriger les défauts de leur Art. Elle n’avoit pas échappe à M. Sauveur, & il n’est pas nécessaire de méditer sur la Musique autant qu’il l’avoit fait, pour sentir combien il seroit important de ne pas laisser aux mouvemens des différentes mesures une expression si vague, & de n’en pas abandonner la détermination des goûts souvent si mauvais.

Le système singulier qu’il avoit propose ; & en général tout ce qu’il à donne sur l’Acoustique, quoiqu’assez, chimérique selon ses vues, ne laissoit pas de renfermer d’excellentes choses qu’on auroit bien su mettre à profit dans tout autre Art. Rien n’auroit été plus avantageux, par exemple, que l’usage de son Echométre général, pour déterminer précisément la durée des mesures & des tems, & ce la, par la pratique du monde la plus aisée, il n’auroit été question que de fixer sur une mesure connue, la longueur du pendule simple, qui auroit fait un tel nombre juste de vibrations pendant un tems, ou une mesure d’un mouvement de telle espece. Un seul chiffre mis au commencement d’un air auroit exprime tout ce la, & par son moyen on auroit pu déterminer le mouvement avec autant de précision que l’Auteur même. Le pendule n’auroit été nécessaire que pour prendre une fois l’idée de chaque mouvement : après quoi, cette idée tant réveille dans d’autres airs par