Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/394

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


paroit pas possible de disputer la supériorité de mon système à cet égard, & que j’ai sur ce point des exemples à donner plus forts & plus convaincans que tous les raisonnemens.

Après tous les avantages dont je viens de parler, il est permis de compter pour quelque chose le peu de volume qu’occupent mes caracteres, compare à la diffusion de l’autre Musique, & la facilite de noter sans tout cet embarras de papier raye, ou les cinq lignes de la portée ne suffisant presque jamais, il en faut ajouter d’autres à tout moment, qui se rencontrent quelquefois avec les portées voisines ou se mêlent avec les paroles, & causent une confusion à laquelle Musique ne sera jamais exposée. Sans vouloir en établir le prix sur cet avantage, il ne laisse pas cependant d’avoir une influence à mériter de l’attention ; combien sera-t-il commode d’entretenir des correspondances de Musique, sans augmenter le volume des lettres ? Quel embarras n’évitera-t-on point dans les Symphonies & dans les Partitions de tourner la feuille à tout moment ? Et quelle ressource d’amusement n’aura-t-on pas de pouvoir porter sur soi des livres & des recueils de Musique, comme on en porte de Belles-lettres sans se ; surcharger par un poids ou par un volume embarrassant, & d’avoir, par exemple, à l’Opéra un extrait de la Musique joint aux paroles, presque sans augmenter le prix la grosseur du livre ? Ces considérations ne sont pas, je l’avoue, d’une grande importance, aussi ne les donne-je que comme des accessoires ; ce n’est, au reste, qu’un tissu de semblables bagatelles qui fait les agrémens d la vie humaine, & rien