Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/411

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ESSAI


SUR L’ORIGINE


DES LANGUES.




CHAPITRE PREMIER.


Des divers moyens de communiquer nos pensées.


LA parole distingue l’homme entre les animaux : le langage distingue les nations entr’elles ; on ne connoît d’où est un homme qu’après qu’il a parlé. L’usage & le besoin font apprendre à chacun la langue de son pays ; mais qu’est-ce qui fait que cette langue est celle de son pays & non pas d’un autre ? Il faut bien remonter pour le dire, à quelque raison qui tienne au local, & qui soit antérieure aux mœurs mêmes : la parole, étant la premiere institution sociale ne doit sa forme qu’à des causes naturelles.

Si-tôt qu’un homme fut reconnu par un autre pour un Être sentant, pensant & semblable à lui, le desir ou le besoin de lui communiquer ses sentimens & ses pensées lui en fit chercher les moyens. Ces moyens ne peuvent se tirer que des sens, les seuls instrumens par lesquels un homme puisse agir sur un autre. Voilà donc l’institution des signes sensibles