Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SCENE XVI.

ANGELIQUE, LUCINDE, MARTON, LéANDRE.

Angelique.

Approchez, Léandre, venez apprendre à Lucinde à mieux connoître son propre cœur ; elle croit vous haÏr, & va faire tous tes efforts pour vous mal recevoir : mais je vous réponds, moi, que toutes ces marques apparentes de haine sont en effet autant de preuves réelles de son amour pour vous.

LUCINDE, toujours sans regarder Léandre.

Sur ce pied-là, il doit s’estimer bien favorite, je vous assure ; le mauvais petit esprit !

Angelique.

Allons, Lucinde, faut-il que la colere vous empêché de regarder les gens ?

LéANDRE.

Si mon amour excite votre haine, connoissez combien je suis criminel. Il se jette aux genoux de Lucinde.

Lucinde.

Ah ! Cléonte ! Ah ! méchante Angelique !