Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t8.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




Angelique.

He bien, jouissez.

Valere.

Car, j’espere que vous n’aurez pas la hardiesse de tentée votre justification.

Angelique.

N’ayez pas peur.

Valere.

Et que vous ne vous flattez pas que je conserve encore la moindres sentimens en votre faveur.

Angelique.

Mon opinion là-dessus ne changera rien à la chose.

Valere.

Je vous déclare que je ne veux plus avoir pour vous que de la haine.

Angelique.

C’est fort bien fait.

VALERE, tirant le portrait.

Et voici désormais l’unique objet de tout mon amour.

Angelique.

Vous avez raison. Et moi je vous déclare que j’ai pour Monsieur, montrant son frere, un attachement qui n’est de gueres inférieur au votre pour l’original de ce portrait.

Valere.

L’ingrat ! Hélas, il ne me reste plus qu’à mourir.