Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Cette idée du Dessein général d’un ouvrage, s’applique aussi en particulier à chaque morceau qui le compose. Ainsi l’on dessine un Air, un Duo, un Chœur, &c. Pour cela, après avoir imaginé son sujet, on le distribue, selon les règles d’une bonne Modulation, dans toutes les Parties ou il doit être entendu, avec une telle proportion qu’il ne s’efface point de l’esprit des Auditeurs, & qu’il ne se représente pourtant jamais à leur oreille qu’avec les graces de la nouveauté. C’est une faute de Dessein de laisser oublier son sujet ; c’en est une plus grande de le poursuivre jusqu’à l’ennui.

DESSINER, v. a. Faire le Dessein d’une Pièce ou d’un morceau de Musique. (Voyez DESSEIN.) Ce Compositeur Dessine bien ses ouvrages. Voilà un chœur fort mal Dessiné.

DESSUS, s. m. La plus aigue des Parties de la Musique ; celle qui règne au-dessus de toutes les autres. C’est dans ce sens qu’on dit dans la Musique instrumentale, Dessus de Violon, Dessus de Flûte ou de Hautbois, & en général Dessus de Symphonie.

Dans la Musique vocale, le Dessus s’exécute par des voix de femmes, d’enfans, & encore par des Castrati dont la voix, par des rapports difficiles à concevoir, gagne une Octave en haut, & en perd une en bas, au moyen de cette mutilation.

Le Dessus se devise ordinairement en premier & second, & quelquefois même en trois. La Partie vocale qui exécute le second Dessus, s’appelle Bas-Dessus, & l’on fait aussi des Récits à voix seule pour cette Partie. Un beau Bas-Dessus