Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/251

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


du générateur, pour distinguer cette Harmonie de celle de ce même générateur. Il semble d’abord que l’on doive y ajouter l’autre Quinte sol, afin que le générateur ut passant à fa, passe en même tems à sol, & que le Ton soit déterminé par-là : mais cette introduction de sol dans l’Accord fa la ut, donneroit deux Secondes de suite, fa sol, sol la, c’est-à-dire, deux Dissonances dont l’union seroit trop désagréable à l’oreille ; inconvénient qu’il faut éviter car si, pour distinguer le Ton, nous altérons l’Harmonie de cette Quinte fa, il ne faut l’altérer que le moins qu’il est possible.

C’est pourquoi, au lieu de sol, nous prendrons sa Quinte re, qui est le Son qui en approche le plus ; & nous aurons pour la sous-Dominante fa l’Accord fa la ut re, qu’on appelle Accord de Grande-Sixte, ou Sixte-ajoutée.

Un peut remarquer ici l’analogie qui s’observe entre l’Accord de la Dominante sol, & celui de la sous-Dominante fa.

La Dominante sol, en montant au-dessus du générateur, a un Accord tout composé de Tierces en montant depuis sol ; sol si re fa. Or la sous-Dominante fa étant au-dessous, du générateur ut, on trouvera, en descendant d’ut vers fa par Tierces, ut la fa re, qui contient les mêmes Sons que l’Accord fa la ut re donne à la sous-Dominante fa.

On voit de plus, que l’altération de l’Harmonie des deux : Quintes ne consiste que dans la Tierce mineure re fa, cru fa re, ajoutée de part & d’autre a l’Harmonie de ces deux Quintes.