Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/294

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


le Ton mineur sont dans les rapports de 15 à 16 & de 24 à 25 : de forte qu’en divisant toute l’Octave selon l’Echelle semi-Tonique, on en a tous les termes dans les rapports exprimés dans la Pl. L. Fig. 1.

Mais il faut remarquer que cette division, tirée de M. Malcolm, paroît à bien des égards manquer de justesse. Premiérement, les semi-Tons qui doivent être mineurs y sont majeurs, & celui du sol Dièse au la, qui doit être majeur, y est mineur. En second lieu, plusieurs Tierces majeures, comme celle du la à l’ut Dièse ; & du mi au sol Dièse, y sont trop fortes d’un Comma ; ce qui doit les rendre insupportables. Enfin le semi-Ton moyen y étant substitué au semi-Ton maxime, donne des Intervalles faux par-tout où il est employé. Sur quoi l’on ne doit pas oublier que ce semi-Ton moyen est plus grand que le majeur même ; c’est-à-dire, moyen entre le maxime & le majeur. (Voyez SEMI-TON)

Une division meilleure & plus naturelle seroit donc de partager le Ton majeur en deux semi-Tons, l’un mineur de 24 à 25, & l’autre maxime de 25 à 27, laissant le Ton mineur divisé en deux semi-Tons, l’un majeur & l’autre mineur, comme dans la Table ci-dessus.

Il y a encore deux autres Echelles semi-Toniques, qui viennent de deux autres manieres de diviser l’Octave par semi-Tons.

La premiere se fait en prenant une moyenne Harmonique ou Arithmétique entre les deux termes du Ton majeur, & une autre entre ceux du Ton mineur, qui devise l’un