Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/304

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sol pour nouvelle Note sensible, l’ ut Dièse deviendra encore re Bémol, en qualité de quatrieme Note : autre passage Enharmonique. Enfin si l’on prend pour Note sensible la Septieme diminuée elle-même, au lieu de si Bémol il faudra nécessairement la considérer comme la Dièse ; ce qui fait un troisieme passage Enharmonique sur le même Accord.

À la faveur de ces quatre différentes manieres d’envisager successivement le même Accord, on passe d’un Ton à un autre qui en paroît fort éloigné ; on donne aux Parties des progrès différens de celui qu’elles auroient dû avoir en premier lieu, & ces passages ménagés à propos, sont capable, non-seulement de surprendre, mais de ravir l’Auditeur quand ils sont bien rendus.

Une autre source de variété, dans le même Genre, se tire des différentes manieres dont on peut résoudre l’Accord qui l’annonce ; car quoique la Modulation la plus naturelle soit de passer de l’Accord de Septieme diminuée sur la Note sensible, à celui de la Tonique en Mode mineur, on peut, en substituant la Tierce majeure à la mineure, rendre le Mode majeur & même y ajouter la Septieme pour changer cette Tonique en Dominante, & passer ainsi dans un autre Ton. À la faveur de ces diverses combinaisons réunies, on peut sortir de l’Accord en douze manieres. Mais, de ces douze, il n’y en a que neuf qui, donnant la conversion du Dièse en Bémol ou réciproquement, soient véritablement ; Enharmoniques, parce que dans les trois autres on ne change point de Note sensible : encore dans ces neuf diverses Modulations n’ y a-t-il que trois diverses Notes sensibles, chacune