Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/329

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


pour employer & choisir ses Tons selon les divers caracteres qu’ils ont sur cet Instrument.

Vainement le Compositeur sauta-t-il animer son Ouvrage, si la chaleur qui doit y régner ne passe à ceux qui l’éxecutent. Le Chanteur qui ne voit que des Notes dans sa Partie, n’est point en état de saisir l’Expression du Compositeur, ni d’en donner une à ce qu’il chante, s’il n’en a bien saisi le sens. Il faut entendre ce qu’on lit pour le faire entendre aux autres, & il ne suffit pas d’être sensible en général, si l’on ne l’est en particulier à l’énergie de la Langue qu’on parle. Commencez donc par bien connoître le caractere du Chant que vous avez à rendre, son rapport au sens des paroles, la distinction de ses phrases, l’Accent qu’il a par lui-même, celui qu’il suppose dans la voix de l’ Exécutant, l’énergie que le Compositeur a donnée au Poete, & celle que vous pouvez donner à votre tour au Compositeur. Alors livrez vos organes à toute la chaleur que ces considérations vous auront inspirée ; faites ce que vous seriez si vous étiez à la fois le Poète, le Compositeur, l’ Acteur & le Chanteur : & vous aurez toute l’Expression qu’il vous est possible de donner à l’Ouvrage que vous avez à rendre. De cette maniere, il arrivera naturellement que vous mettrez de la délicate & & des ornemens dans les Chants qui ne sont qu’élégans & gracieux, du piquant & du feu dans ceux qui sont animés & gais, des gémissemens & des plaintes dans ceux qui sont tendres & pathétiques, & toute l’agitation du Forte-piano dans l’ emportement des passions violentes. Par-tout où l’on réunira fortement l’Accent musical à