Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/405

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Note quarrée avec une queue à droite, ainsi music

Elle vaut ordinairement quatre Mesures à deux Tems ; c’est-à-dire, deux Breves ; quelquefois elle en vaut trois selon le Mode. (Voyez MODE.)

Muris & ses contemporains avoient des Longues de trois especes ; savoir, la parfaite, l’ imparfaite & la double. La Longue parfaite a, du côté droit, une queue descendante, music ou music. Elle vaut trois Tems parfaits, & s’appelle parfait elle-même, à cause, dit Muris, de son rapport numérique avec la Trinité. La Longue imparfaite se figure comme la parfaite & ne se distingue que par le Mode : on l’appelle imparfaite, parce qu’elle ne peut marcher seule & qu’elle doit toujours être précédée ou suivie d’une Breve. La Longue double contient deux Tems égaux imparfaits : elle se figure comme la Longue simple, mais avec une double largeur, music . Muris cite Aristote pour prouver que cette Note n’est pas du Plain-Chant.

Aujourd’hui le mot Longue est le corrélatif du mot Breve. (Voyez BREVE.) Ainsi toute Note qui précede une Breve est une Longue.

LOURE, s. f. Sorte de Danse dont l’Air est assez lent, & se marque ordinairement par la Mesure à 6/4. Quand chaque Tems porte trois Notes, on pointe la premiere, & l’on fait breve celle du milieu. Loure est le nom d’un ancien Instrument semblable à une Musette, sur lequel on jouoit l’Air de la Danse dont il s’agit.

LOURER, v. a. & n. C’est nourrir les Sons avec douceur