Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/480

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Nete, dit Boece, quasi neate, id est, inferior ; car le Anciens dans leurs Diagrammes mettoient en haut les Sons graves, & en bas les Sons aigus.

NETOIDES. Sons aigus. (Voyez LEPSIS.)

NEUME, s. f. Terme de Plain-Chant. La Neume est une espece de courte récapitulation du Chant d’un Mode, laquelle se fait à la fin d’une Antienne par une simple variété de Sons & sans y joindre aucunes paroles. Les Catholiques autorisent ce singulier usage sur un passage de Saint Augustin, qui dit, que ne pouvant trouver des paroles dignes de plaire à Dieu, l’on fait bien de lui adresser des Chants confus de jubilation. "Car à qui convient une telle jubilation sans paroles, si ce n’est à l’être ineffable ? & comment célébrer cet être ineffable, lorsqu’on ne peut ni se taire, ni rien trouver dans ses transports qui les exprime, si ce n’est des Sons inarticulés ?"

NEUVIEME, s. f. Octave de la Seconde. Cet Intervalle porte le nom de Neuvieme, parce qu’il faut, former neuf Sons consécutifs pour arriver Diatoniquement d’un de ses deux termes à l’autre. La Neuvieme est majeure ou mineure, comme la Seconde dont elle est la Réplique. (Voy. SECONDE.)

Il y a un Accord par supposition qui s’appelle Accord de Neuvieme, pour le distinguer de l’Accord de Seconde, qui se prépare, s’accompagne & se sauve différemment. L’Accord de Neuvieme est formé par un Son mis à la Barre, une. Tierce au-dessous de l’Accord de Septieme ; ce qui fait que la Septieme elle-même fait Neuvieme sur ce nouveau Son. La Neuvieme s’accompagne, par conséquent, de Tierce,