Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/499

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


bien exactement sans recourir au livré même, parce qu’un article de ce Dictionnaire ne doit pas être un livré, & que dans l’explication des caracteres d’un Art aussi compliqué, il est impossible de tout dire en peu de mots.

NOTE SENSIBLE, est celle qui est une Tierce majeure au-dessus de la Dominante, ou un semi-Ton au-dessous de la Tonique. Le si est Note sensible dans le Ton d’ut, le sol Dièse dans le Ton de la.

On l’appelle Note sensible, parce qu’elle fait sentir le Ton & la Tonique, sur laquelle, après l’Accord dominant, la Note sensible prenant le chemin le plus court, est obligée de monter : ce qui fait que quelques-uns traitent cette Note sensible de Dissonance majeure, faute de voir que la Dissonance, étant un rapport, ne peut être constituée que par deux Notes.

Je ne dis pas que la Note sensible est la septieme Note du Ton ; parce qu’en Mode mineur cette septieme Note n’est Note sensible qu’en montant ; car en descendant elle est à un Ton de la Tonique & à une Tierce mineure de la Dominante. (Voyez MODE, TONIQUE, DOMINANTE.)

NOTES DE GOUT. Il y en a de deux especes ; les unes qui appartiennent à la Mélodie, mais non pas à l’Harmonie, en sorte que, quoiqu’elles entrent dans la Mesure, elles n’entrent pas dans l’Accord : celles-là se notent en plein. Les autres Notes de goût, n’entrant ni dans l’Harmonie ni dans la Mélodie, se marquent seulement avec de petites Notes qui ne se comptent pas dans la Mesure, & dont la durée très-rapide se prend sur la Note qui précede ou sur