Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/500

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


celle qui suit. Voyez dans la Pl. F. Fig. 5. un exemple des Notes de goût des deux especes.

NOTER, v. a. C’est écrire de la Musique avec les caracteres destinés à cet usage, & appellés Notes.(Voyez NOTES.)

Il y a dans la maniere de Noter la Musique une élégance de copie, qui consiste moins dans la beauté de la Note, que dans une certaine exactitude à placer convenablement tous les signes, & qui rend la Musique ainsi notée bien plus facile à exécuter ; c’est ce qui a été expliqué au mot COPISTE.

NOURRIR les Sons, c’est non-seulement leur donner du timbre sur l’Instrument, mais aussi les soutenir exactement durant toute leur valeur, au lieu de les laisser éteindre avant que cette valeur soit écoulée, comme on fait souvent. Il y a des Musiques qui veulent des Sons Nourris, d’autres les veulent détachés, & marqués seulement du bout de l’Archet.

NUNNIE, s. f. C’étoit chez les Grecs la Chanson particuliere aux Nourrices. (Voyez CHANSON.)