Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/699

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ce même Systême, un changement considérable dans les caracteres, en divisant chromatiquement la Portée par Intervalles ou Degrés égaux & tous d’un semi-Ton, au lieu que dans la Musique ordinaire chacun de ces Degrés est tantôt un Comma, tantôt un semi-Ton, tantôt un Ton, & tantôt un Ton & demi ; ce qui laissé à l’œil l’équivoque & à l’esprit le doute de l’Intervalle, puisque les Degrés étant les mêmes, les Intervalles sont tantôt les mêmes & tantôt différens.

Pour cette réforme, il suffit de faire la Portée de dix Lignes au lieu de cinq, & d’assigner à chaque Position une des douze Notes du Clavier chromatique, ci-devant indiqué, selon l’ordre de ces Notes, lesquelles restant ainsi toujours les mêmes,déterminent leurs Intervalles avec la derniere précision, & rendent absolument inutiles tous les Dièses, Bémols ou Béquarres, dans quelque Ton qu’on puisse être, & tant à la Clef qu’accidentellement. Voyez la Planche I, où vous trouverez, Figure 6, l’échelle chromatique sans Dièse ni Bémol ; &, Figure 7, l’échelle diatonique. Pour peu qu’on s’exerce sur cette nouvelle maniere de noter & de lire la Musique, on sera surpris de la netteté, de la simplicité qu’elle donne à la Note, & de la facilité qu’elle apporte dans l’exécution, sans qu’il soit possible d’y voir aucun autre inconvénient que de remplir un peu plus d’espace sur le papier, & peut-être de papilloter un peu aux yeux dans les vitesses par la multitude des Lignes, sur-tout dans la Symphonie.

Mais comme ce Systême de Notes est absolument chromatique,