Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/701

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


d’éclaircir au besoin cette explication par des exemples. Ceux qui voudront voir le Systême de M. Rameau si obscur, si diffus dans ses écrits, exposé avec une clarté dont on ne l’auroit pas cru susceptible, pourront recourir aux élémens de Musique de M. d’Alembert.

M. Serre de Geneve, ayant trouvé les principes de M. Rameau insuffisans à bien des égards, imagina un autre Systême sur le sien, dans lequel il prétend montrer que toute l’Harmonie porte sur une double Basse-fondamentale ; & comme cet Auteur, ayant voyagé en Italie, n’ignoroit pas les expériences de M. Tartini, il en composa, en les joignant avec celles de M. Rameau, un Systême mixte, qu’il fit imprimer à Paris en 1753, sous ce titre : Essais sur les principes de l’Harmonie, &c. La facilité que chacun a de consulter cet ouvrage, & l’avantage qu’on trouvé à le lire est entier, me dispensent aussi d’en rendre compte au public.

Il n’en est pas de même de celui de l’illustre M. Tartini dont il me reste a parler ; lequel étant écrit en langue étrangere, souvent profond & toujours diffus, n’est à portée d’être consulté que de peu de gens, dont même la plupart sont rebutés par l’obscurité du Livré, avant d’en pouvoir sentir les beautés. Je ferai, le plus briévement qu’il me sera possible, l’extrait de ce nouveau Systême, qui, s’il n’est pas celui de la Nature, est au moins, de tous ceux qu’on a publiés jusqu’ici, celui dont le principe est le plus simple, & duquel toutes les loix de l’Harmonie paroissent naître le moins arbitrairement.