Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/713

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


inverse de la premiere où les Baffes deviennent les Dessus, & vice versâ. C’ est ici la Clef de la maniere de composer ces doubles Canons dont j’ ai parlé au mot Canon. M. Serre, ci-devant cité, lequel a très-bien exposé dans son Livré cette curiosité harmonique, annonce une Symphonie de cette espece, composée par M. de Morambert, qui avoit du la faire graver : c’ étoit mieux fait assurément que de la faire exécuter. Une composition de cette nature doit être meilleure à présenter aux yeux qu’ aux oreilles.

Nous venons de voir que de la division harmonique da Diametre résulte le Mode majeur, & de la division arithmétique le Mode mineur. C’ est d’ ailleurs un fait connu de tous les Théoriciens, que les rapports de l’ Accord milieu : se trouvent dans la division arithmétique de la Quinte. Pour trouver le premier fondement du Mode mineur dans le Systême harmonique, il suffit donc de montrer dans ce Systême la division arithmétique dans la Quinte.

Tout le Systême harmonique est fondé sur la raison double, rapport de la Corde entiere à son Octave, ou du Diametre au rayon ; & sur la raison sesqui-altere qui donne le premier Son harmonique ou fondamental auquel se rapportent tous les autres.

Or, si, (Pl. I. Fig. 11.) dans la raison double on compare successivement la deuxieme Note G, & la troisieme F de la Série P au Son fondamental Q, & à son Octave grave qui est la Corde entiere, on trouvera que la premiere est moyenne harmonique, & la seconde moyenne arithmétique entre ces deux termes.