Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/731

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


dans le calcul & point du tout sur le Clavier. Alors cette Septieme ou cette Sixte, toujours consonnante, mais marquée tantôt par Dièse & tantôt par Bémol, selon le Ton d’où l’on sort, & celui l’on entre, produit dans l’Harmonie d’apparentes & subites métamorphoses, dont, quoique régulieres dans ce Systême, le Compositeur auroit bien de la peine à rendre raison dans tout autre ; comme on peut le voir dans les exemples I, II, III, de la Planche M, surtout dans celui marqué +, où le fa pris pour naturel, & formant une Septieme apparente qu’on ne sauve point, n’est au fond qu’une Sixte superflue formée par un mi Dièse sur le sol de la Basse ; ce qui rentre dans la rigueur des regles. Mais il est superflu de s’étendre sur ces finesses de le l’Art, qui n’échappent pas aux grands Harmonistes, & dont les autres ne feroient qu’abuser en les employant mal-à-propos. Il suffit d’avoir montré que tour se tient par quelque côté, & que le vrai Systême de la Nature mene aux plus cachés détours de l’Art.

T.