Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/761

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Rameau voudroit priver la Musique, en ramenant une égalité & une monotonie entiere dans l’Harmonie de chaque Mode, par sa regle du Tempérament ; regle déjà si souvent proposée & abandonnée avant lui. Selon cet Auteur, toute l’Harmonie en seroit plus parfaite. Il est certain, cependant, qu’on ne peut rien gagner en ceci d’un côté, qu’on ne perde autant de l’autre ; & quand on supposeroit (ce qui n’est pas) que l’Harmonie en général en seroit plus pure ; cela dédommageroit-il de ce qu’on y perdroit du côté de l’expression ? (Voyez TEMPERAMENT.)

TON DU QUART. C’est ainsi que les Organistes & Musiciens d’Eglise ont appellé le Plagal du Mode mineur qui s’arrête & finit sur la Dominante au lieu de tomber sur la Tonique. Ce nom de Ton du Quart lui vient de ce que telle est spécialement la Modulation du quatrieme Ton dans le Plain-Chant.

TONS DE L’EGLISE. Ce sont des manieres de Moduler le Plain-Chant sur telle ou telle finale prise dans le nombre prescrit, en suivant certaines regles admises dans toutes les Eglises où l’on pratique le Chant Grégorien.

On compte huit Tons réguliers, dont quatre authentiques ou principaux, & quatre Plagaux ou Collatéraux. On appelle Tons authentiques ceux où la Tonique occupe à-peu près le plus bas Degré du Chant ; mais si le Chant descend jusqu’à trois Degrés plus bas que la Tonique, alors le Ton est Plagal.

Les quatre Tons authentiques ont leurs finales à un Degré l’une de l’autre selon l’ordre de ces quatre Notes, re mi sa