Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/775

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


TRITON. Intervalle dissonant compose de trois Tons, deux majeurs & un mineur, & qu’on peut appeller Quarte-superflue. (Voyez QUARTE.) Cet Intervalle est égal, sur le Clavier, à celui de la fausse-Quinte : cependant les rapports numériques n’en sont pas égaux, celui du Triton n’étant que de 31 à 45 ; ce qui vient de ce qu’aux Intervalles égaux, de part & d’autre, le Triton n’a de plus qu’un Ton majeur, au lieu de deux semi-Tons majeurs qu’a la fausse-Quinte. (Voy. FAUSSE-QUINTE.)

Mais la plus considérable différence de la fausse-Quinte & du Triton est que celui-ci est une Dissonance majeure que les Parties sauvent en s’éloignant ; & l’autre une Dissonance mineure que les Parties sauvent en s’approchant.

L’Accord du Triton n’est qu’un renversement de l’Accord sensible dont la Dissonance est portée à la Basse. D’où il suit que cet Accord ne doit se placer que sur la quatrieme Note du Ton, qu’il doit s’accompagner de Seconde & de Sixte, & se sauver de la Sixte. (Voyez SAUVER.)

TIMBRE. On appelle ainsi, par métaphore, cette qualité du Son par laquelle il est aigre ou doux, sourd ou éclatant, sec ou moelleux. Les Sons doux ont ordinairement peu d’éclat, comme ceux de la Flûte & du Luth ; les Sons éclatans sont sujets à l’aigreur, comme ceux de la Vielle ou du Hautbois. Il y a même des Instrumens, tels que le Clavecin, qui sont à la fois sourds & aigres ; & c’est le plus mauvais Timbre. Le beau Timbre est celui qui réunit la douceur à l’éclat. Tel est le Timbre du Violon. (Voyez SON.)