Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


proportion 4. 3. 2 : ce qui met la Quarte au grave & la Quinte à l’aigu.

À cette explication adoptée par tous les Auteurs, mais qui ne dit rien, j’ajouterai la suivante ; le Lecteur pourra choisir.

Quand la Finale d’un Chant en est aussi la Tonique, & que le Chant ne descend pas jusqu’à la Dominante au-dessous, le Ton s’appelle Authentique : mais si le Chant descend ou finit à la Dominante, le Ton est Plagal. Je prends ici ces mots de Tonique & de la Dominante dans l’acception musicale.

Ces différences d’Authente & de Plagal ne s’observent plus que dans le Plain-Chant : &, soit qu’on place la Finale au bas du Diapason, ce qui rend le Ton Authentique ; soit qu’on la place au milieu, ce qui le rend Plagal ; pourvu qu’au surplus la Modulation soit réguliere, la Musique moderne admet tous les Chants comme Authentiques également, en quelque lieu du Diapason que puisse tomber la Finale. (Voyez Mode.)

Il y a dans les huit Tons de l’Eglise Romaine quatre Tons Authentiques ; savoir, le premier, le troisieme, le cinquieme & le septieme. (Voyez TONS DE L’EGLISE.)

On appelloit autrefois Fugue Authentique celle dont le sujet procédoit en montant ; mais cette dénomination n’est plus d’usage.