Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


B.

B fa si, ou B fa b mi, ou simplement B. Nom du septieme Son de la Gamme de l’Arétin, pour lequel les Italiens & les autres Peuples de l’Europe répetent le B, disant B mi quand il est naturel, B fa quand il est Bémol ; mais les François l’appellent Si. (Voyez Si.)

B Mol. (Voyez BéMOL.)

B Quarre. (Voyez Béquarre.)

BALLET, s. m. Action théâtrale qui se représente par la Danse guidée par la Musique. Ce mot vient du vieux François Baller, danser, chanter, se réjouir.

La Musique d’un Ballet doit avoir encore plus de cadence & d’accent que la Musique vocale, parce qu’elle est chargée de signifier plus de choses, que c’est à elle seule d’inspirer au Danseur la chaleur & l’expression que le Chanteur peut tirer des paroles, & qu’il faut, de plus, qu’elle supplée, dans le langage de l’ame & des passions, tout ce que la Danse ne peut dire aux yeux du Spectateur.

Ballet est encore le nom qu’on donne en France à une bizarre sorte d’Opéra, où la Danse n’est gueres mieux placée que dans les autres, & n’y fait pas un meilleur effet. Dans la plupart de ces Ballets les Actes forment autant de sujets différens liés seulement entre eux par quelques rapports généraux étrangers à l’action, & que le Spectateur n’appercevoit jamais si l’Auteur n’avoit soin de l’en avertir dans le Prologue.

Ces Ballets contiennent d’autres Ballets qu’on appelle autrement