Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t9.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de Cadences, soit pleines, soit évitées, & sur-tout les repos qui viennent ordinairement de quatre en quatre Mesures ou de deux en deux, afin de les faire tomber toujours sur les Cadences parfaites ou irrégulieres.

VI. Enfin, observer toutes les regles données ci-devant pour la composition de la Basse-fondamentale. Voilà les principales observations à faire pour en trouver une sous un Chant donne ; car il y en a quelquefois plusieurs de trouvables : mais, quoiqu’on en puisse dire, si le Chant à de l’Accent & du Caractere, il n’y a qu’une bonne Basse-fondamentale qu’on lui puisse adapter.

Après avoir exposé sommairement la maniere de composer une Basse-fondamentale, il resteroit à donner les moyens de la transformer en Basse-continue ; & cela seroit facile, s’il ne faloit regarder qu’à la marche diatonique & au beau Chant de cette Basse : mais ne croyons pas que la Basse qui est le guide & le soutien de l’Harmonie, l’ame &, pour ainsi dire, l’interprete du Chant, se borne à des regles si simples ; il y en a d’autres qui naissent d’un principe plus sur & plus radical ; principe second, mais caché, qui a été senti par tous les Artistes de génie, sans avoir été développé par personne. Je pense en avoir jetté le germe dans ma Lettre sur la Musique Françoise. J’en ai dit assez pour ceux qui m’en tendent ; je n’en dirois jamais assez pour les autres. (Voyez toutefois UNITÉ DE MÉLODIE.)

Je ne parle point ici du Systême ingénieux de M. Serre de Geneve, ni de sa double Basse-fondamentale ; parce que les principes qu’il avoit entrevus avec une sagacité digne