Page:Rousseau - Du Contrat social éd. Beaulavon 1903.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


126 DU CONTRAT SOCIAL

dans l'état de nature l'emportent, par leur résistance, sur les forces que chaque individu peut employer pour se maintenir dans cet état. Alors cet état pri- mitif ne peut plus subsister ( l ) ; et le genre humain périrait s'il ne changeait sa manière d'être.

Or, comme les hommes ne peuvent engendrer de nouvelles forces, mais seulement unir et diriger celles qui existent, ils n'ont plus d'autre moyen pour se conserver que de former, par agrégation, une somme de forces qui puisse l'emporter sur la résis- tance, de les mettre en jeu par un seul mobile, et de les faire agir de concert.

fameux contrat n'est nullement pour lui un fait historique, mais une hypothèse. Jamais sans doute société primitive n'a solennellement délibéré avant de s'organiser. Mais les hommes ont toujours agi, lorsqu'ils ont formé une société politique, comme si les règles de ce pacte déterminaient leur conduite, car le pacte social exprime la condition néces- saire de la vie de toute société. En formulant l'hypothèse du contrat, Rousseau ne fait donc qu'exprimer sous une forme claire la raison à laquelle les hommes ont d'abord inconsciemment obéi. — M. Léon Bourgeois et plusieurs sociologues contemporains parlent, dans le même sens, d'un quasi-contrat que la nature des choses peut établir entre les hommes sans qu'il ait été jamais explicitement formulé. — Rousseau ne considérait pas d'ailleurs comme absolument chimérique, pour l'avenir, l'idée d'un tel pacte, comme on peut le voir par les fragments qui accompagnent son Projet de Constitution pour la Corse (Œuvres inéd., publiées par Streckeisen Moultou, 1861).

(*) La nécessité de la vie sociale ne s'est donc pas fait sentir tout d'abord aux hommes, et Rousseau admet que le temps a rendu les conditions de la vie de plus en plus diffi- ciles. Cette idée est le principe de la célèbre théorie exposée parMalthus un demi-siècle plus tard: la population humaine tend à se multiplier beaucoup plus vite que ne peuvent croître les quantités de subsistance dont elle a besoin; d'où la lutte pour la vie.

�� �