Page:Rousseau - Du Contrat social éd. Beaulavon 1903.djvu/244

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


234 °U CONTRAT SOCIAL

politique. Que dire d'un médecin qui promet des miracles et dont tout l'art est d'exhorter son malade à la patience ? On sait bien qu'il faut souffrir un mauvais gouvernement quand on la : la question serait d'en trouver un bon.

��CHAPITRE VII

��DES GOUVERNEMENTS MIXTES

A proprement parler, il n'y a point de gouver- nement simple. Il faut qu'un chef unique ait des magistrats subalternes ; il faut qu'un gouvernement populaire ait un chef. Ainsi, dans le partage de la puissance executive, il y a toujours gradation du grand nombre au moindre, avec cette différence que tantôt le grand nombre dépend du petit, et tantôt le petit du grand.

Quelquefois il y a partage égal, soit quand les parties constitutives sont dans une dépendance mu- tuelle, comme dans le gouvernement d'Angleterre (') ; soit quand l'autorité de chaque partie est indé- pendante, mais imparfaite, comme en Pologne ( 2 ). Cette dernière forme est mauvaise, parce qu'il n'y a

(*) Le pouvoir de la Chambre des Lords et de la Chambre des Communes sont théoriquement à peu près égaux. Mais ce sont des pouvoirs législatifs et non exécutifs.

( 2 ) Dans les élections polonaises, au xvn c et au xviii siècle, il fallait l'unanimité: de sorte que l'opposition d'in seul individu suffisait à empêcher toute conclusion ; c'étî ce qu'on nommait le Liberum veto.

�� �