Page:Rousseau - Du Contrat social éd. Beaulavon 1903.djvu/279

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE TROISIÈME 269

nement existe, et comment le peuple, qui n'est que souverain ou sujet, peut devenir prince ou magistrat dans certaines circonstances (').

C'est encore ici que se découvre une de ces éton- nantes propriétés du corps politique, par lesquelles il concilie des opérations contradictoires en appa- rence ; car celle-ci se fait par une conversion subite de la souveraineté en démocratie, en sorte que, sans aucun changement sensible, et seulement par une nouvelle relation de tous à tous, les citoyens, devenus magistrats, passent des actes généraux aux actes particuliers, et de la loi à l'exécution ( a ).

( J ) Les difficultés inextricables dans lesquelles s'engage ici Rousseau sont en somme purement verbales et consis- tent à mettre d'accord les définitions qu'il a données de la puissance législative et du pouvoir exécutif avec l'organisation hypothétique d'un gouvernement. Comment est-il possible de fonder un gouvernement sans enlever aux mots, pour un instant, la signification que leur a donnée Rousseau?

( 2 ) Rousseau reprend ici une théorie subtile déjà exposée par Hobbes {de Cive, ch. vu). Pour la comprendre, il faut se reporter aux définitions. — Choisir la forme d'un gouver- nement, c'est l'affaire du souverain et l'objet d'une loi générale ; désigner les membres de ce gouvernement, c'est au contraire l'objet d'un décret particulier, qui ne peut, comme tel, émaner que du pouvoir exécutif. Or, dans la démocratie parfaite seule, les citoyens sont à la fois, ou plutôt tour à tour, investis de la puissance législative et du pouvoir exécutif. Un peuple ne pourra donc choisir lui-même ses chefs que s'il se constitue d'abord en démo- cratie. De sorte que l'institution de tout gouvernement comprend nécessairement les phases suivantes : i" le sou- verain décide par une loi de se constituer en démocratie ; 2 cette loi confère aux membres du souverain le pouvoir exécutif et en fait des magistrats ; 3" ceux-ci peuvent alors élire leurs chefs. — On verra, quelques lignes plus loin, que cette théorie compliquée mène à des difficultés insolubles.

�� �