Page:Rousseau - Du contrat social, 1772.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ne, & ce ie rendre fujet d’un Roi ? 11 y a là bien des mots équivoques qui auroient befoin d’explication, y mais tenons-nous-en à celui d’alilner. Aliéner c’eA donner ou vendre. Or un homme qui fe fait efclave d’un autre ne fe donne pas, il fe vend, tout au moins pour fa fubMancc mais un peuple pourquoi fe vend il ? Biea loin qu’un Roi fournière à fes fujets leur <ubMance $ il ne tire la fienne que d’eux, Ôe ielon Rabelais, un Roi ne vit pas de peu. Les fujets donnent donc leur personne à condition qu’on prendra auffi leur bien ? Je ne vois pas ce qu’il leur refle à confer ver. On dira que le defpote allure à fes ~ujet~ la tranquillité civile. Soit ; mais qu’y gagnent-ils, fi tes guerres que fon ambition leur attire, fi ion insatiable avidité, les vexations de fon miniftere les défolent plus que ne feroient leur dKÏenuons ? Qu’y gagnent Us G cette tranquillité même eft une de-leurs miières ? On vit tranquiMe au~ dans ies cachots en e& ce aiÏez pour s’y trouver bien ? Les Grecs enfermer ~ans l’autre du Cydope, y vivoient