Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/100

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
102
La Monongahéla

— Peux-tu en douter, nonobstant espèce de trembleur de la mer du sud.

— Mes enfants, il faut prendre un peu de repos, si vous voulez être alertes au point du jour ! fit, Nicolas de Neuville, qui passait près du groupe en ce moment.

Quelques instants après, tous ces braves dormaient sur des lits de sapin autour d’un grand feu, tandis que trois sentinelles veillaient à la sécurité commune à la lisière du bois.


X

À l’assaut.


Comme on l’a vu précédemment, afin de prévenir autant que possible des revers, à peu près certains, M. de Subercase était décidé à ne pas attendre le printemps pour continuer les hostilités.

Peu de temps après le départ de M. de Bienville, il reçut de M. de Saint-Ovide, lieutenant du roi à Plaisance, la proposition de prendre les forts de St-Jean où étaient les magasins des établissements anglais dans l’île. M. de Saint-Ovide offrait même de faire cette conquête à ses propres frais.[1]

  1. Ferland Charlevoix.