Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/142

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
144
La Monongahéla

peut vous faire présumer un manque de confiance dans votre parole.

— Expliquez-vous, Don Gusman !

— Je vais le faire en peu de mots.

— Je vous écoute.

— Don Pedro, vous rappelez-vous certain projet d’alliance, aussi honorable pour vous que pour moi dont je vous fis part il y a quelques mois ?

— Comment donc ! si je m’en rappelle.

— Ces projets tiennent-ils toujours ?

— Plus que jamais. Pourquoi cette question ?

— Parce que j’y vois un obstacle.

— Et quel est cet obstacle ?

— Que votre fille ne trouve plus l’épouseur à son gré.

— Caramba ! fit Don Pedro avec colère, je voudrais bien que ma fille voulût avoir une autre volonté que la mienne.

— J’ai peur même que son cœur ne soit plus libre.

— Le cœur de Dona Maria, Don Gusman, est libre. Comment pourrait-il en être autrement ? Son enfance et sa jeunesse se sont écoulées au fond de nos solitudes.

— Et ce jeune officier que vous avez accueilli sous votre toit ? Je suis sûr qu’il aime votre fille.