Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/185

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
187
La Monongahéla

ma tête, semblait me dire : « Bonsoir, matelot ! »… V’là, mon commandant !

Et Pierre Paradis, passant sa chique de l’autre côté de sa bouche, lança dans l’antichambre un second jet de salive qui alla faire le pendant du premier.


XIX

Notre-Dame-des-Victoires.


Ainsi finit cette fameuse expédition de Walker qui devait être cependant dans la pensée de ses auteurs, si féconde en heureux résultats.

D’après un mémoire anglais, qu’on ne peut taxer de partialité, huit gros navires de transport furent jetés sur l’île aux Œufs ; plus de neuf cents hommes officiers et soldats, périrent dans cette catastrophe.

L’humanité commandait d’aller au secours des malheureux qui avaient pu échapper au désastre. M. de Vaudreuil envoya sur les lieux une barque montée par quarante hommes.

On retrouva, outre les cadavres des soldats, ceux d’un grand nombre de femmes et d’enfants. « Car, dit Ferland, les Anglais étaient si sûrs de prendre le Canada, qu’ils en avaient distribués les gouvernements et les charges inférieures. »

Dans quelques paroisses, on avait même colporté